Rapport du Haut-Commissaire au plan « Électricité, le devoir de lucidité ». Oui bien sûr, mais !!!

Apr 21, 2021 | Actualités, Climat, Nucléaire, Politique et économie

TEXTE : Jean-Pierre PERVÈS (PNC)

Le Haut-Commissaire au plan, François Bayrou, a surpris en prenant courageusement position dans un débat sur le nucléaire et le climat, largement dominé en France et dans certains pays européens par une idéologie qui conduit inéluctablement à la décroissance et à la précarité. Son analyse, publiée le 23 mars 2021, « Électricité : le devoir de lucidité » devrait interpeller les plus hautes autorités de l’Etat

Patrimoine Nucléaire et Climat (PNC-France) rejoint pleinement cette analyse du rôle important que devraient avoir la France et son nucléaire dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique au niveau de l’Europe.

L’examen de ce rapport nous conduit cependant à penser que les craintes émises quant au caractère utopiste de certains objectifs et les dangers auxquels les orientations politiques actuelles exposent notre pays -et même l’Europe- sont sans doute sous-estimés. En effet :

  1. les objectifs actuels de la France ne sont plus en phase avec les objectifs du Conseil Européen, approuvés par notre Président, de réduction de 55 % des émissions de GES en 2030. Les progrès requis sont cinq fois plus rapides que lors des trois décennies passées, défi considérable,
  2. il faut maintenir un niveau adéquat de capacités de production d’électricité pilotables alors que ces capacités devraient s’effondrer en Europe dans les 15 prochaines années selon France Stratégie. Le Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire lui-même s’est inquiété, dans sa présentation au Sénat le 7 avril 2021, du manque de décisions concernant tant le nucléaire que le maintien d’une capacité de production d’électricité pilotable suffisante,
  3. l’étude récente réalisée par RTE et l’AIE a montré l’extrême fragilité des scénarios majoritairement renouvelables ce qui, en toute logique, aurait dû amener à conclure que ces scénarios ne pouvaient servir de référence pour la politique énergétique nationale,
  4. la baisse effective des consommations de combustibles fossiles ne peut résulter que d’une politique équilibrée d’économies d’énergie et d’électrification des usages. Le développement de la contribution de l’électricité décarbonée sera plus efficace économiquement et temporellement. Il entraînera une hausse des consommations, bien au-delà des valeurs retenues dans l’analyse de M. Bayrou, comme le démontre l’Académie des Technologies, et en conséquence du besoin de productions pilotables.

Pour lire la suite : suivre le lien ci-dessous