Les chevaliers blancs du climat

Feb 24, 2021 | Actualités, Climat, ENR, Humour, Nucléaire

ILLUSTRATION : Nicolas Waeckel

 

TEXTE : Hervé Nifenecker, membre fondateur de PNC-France

Dans le cadre de « L’affaire du siècle », la Fondation pour la nature et l’homme, Greenpeace France, Notre affaire à tous, et Oxfam France avaient poursuivi l’État Français pour son inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Le Tribunal Administratif a reconnu le bien-fondé de cette plainte.

La France n’étant sûrement pas le seul pays d’Europe émetteur de CO2, on pouvait naïvement penser qu’elle ne serait pas la seule à subir les assauts de ces Chevaliers Blancs. Seuls l’État Néerlandais a été visé par une plainte d’un groupe de citoyens indépendant de celui des CBC. Ceux-ci ont donc réservé leurs flèches à la France. Y-a-t-il une raison objective à cette agressivité ? On s’attendrait alors à ce que les Français émettent individuellement plus de CO2   que leurs partenaires de l’UE puisque celle-ci s’est arrogé un droit de contrôle des émissions de ses membres.

 

Pays

Tonnes CO2/hab/an

Suède

3,78

France

4,32

Italie

5,23

Espagne

5,32

UK

6

DK

6,51

Pologne

7,36

Belgique

8,25

Pays bas

8,71

Allemagne

8,82

Monde

4,4

Union Européenne

6,01

 

Le Tableau 1, extrait des données de l’Agence Internationale de l’Énergie [1] montre que, après la Suède, la France est le pays de l’Union Européenne dont les habitants émettent le moins de CO2 par an. Au contraire, nos voisins allemands émettent près de deux fois plus que nous.  La France émet significativement moins que l’Union Européenne, entraînée elle-même par la forte contribution de l’Allemagne, la plus forte économie européenne. L’Europe, elle-même, fait, en moyenne, moins bien que le Monde. Une action des CBC auprès de l’Europe aurait donc tout son sens s’ils prenaient au sérieux le défi du réchauffement climatique.

Comment expliquer que les CBC semblent ignorer ces données ?  Ne serait-ce pas que le combat anti-nucléaire l’emporte sur celui contre le réchauffement climatique et que le lobby pro-énergies renouvelables (éolien et solaire) s’appuyant sur les partis politiques verts et une puissante industrie privée largement subventionnée, l’emporte sur un soi-disant « lobby nucléaire » qui, dans la réalité, est une émanation du secteur public comme l’entreprise publique EDF et ne mérite donc pas sa qualification de « lobby »

Hervé Nifenecker

Physicien retraité (CEA / CNRS), Professeur énergie-climat UIAD, membre fondateur de PNC-FRANCE

[1] Data & Statistics – IEA