Conférence de presse PNC France: 1 an de fermeture de Fessenheim, quel bilan ?

Jun 30, 2021 | Actualités

Pour accéder au Communiqué de presse : cliquer ici

 

Les vidéos diffusées sur place lors de l’événement :

Damien ABAD, député : cliquer ici

Christophe GRUDLER, député européen : cliquer ici

Philippe HERZOG, ancien député européen : cliquer ici

Alexandre GRILLAT (CFE-CGC) : cliquer ici

Virginie NEUMEYER (CGT) : cliquer ici

Valérie GONCALVES (groupe énergie PCF) : cliquer ici

Raphael Shellenberger, député en Alsace : cliquer ici

 

En annexe : le texte de la déclaration de Philippe HERZOG :

Déclaration de Philippe Herzog,

ancien député européen et conseiller auprès de la Commission européenne 

Une des raisons fondamentales de mon engagement en faveur du nucléaire est son caractère de service public. Cette source d’électricité de base non émettrice de CO2 est accessible à tous en continu, particuliers comme entreprises, ce qui n’est pas du tout le cas des énergies renouvelables intermittentes. Il serait catastrophique pour la vie des Français, comme pour l’économie nationale, d’amputer notre parc nucléaire alors que les besoins de consommation d’électricité ne font et ne feront que croître.

L’Union européenne renvoie aux Etats-nations l’entière responsabilité de définir et d’organiser les services publics. Mais les règles de marché et de concurrence leur mettent des bâtons dans les roues, ignorant la spécificité des services publics et des besoins de coopération et de solidarité énergétique entre les peuples européens. Il ne s’agit plus de faire profil bas.

La France a réussi à se doter d’une entreprise phare, EDF et d’un système électrique de référence. A la veille des élections présidentielles, les citoyens doivent exiger de leurs élus et de leurs dirigeants le courage de décisions claires. Il faut prolonger la durée de vie des centrales, programmer les investissements pour le développement du parc et mettre en place leurs financements.

Paris, le 30 juin 2021

Philippe HERZOG