Centrale de Chinon : on vous dit tout de son impact sur l’emploi

Jan 21, 2021 | Actualités, Nucléaire, Régions

LE POINT DE VUE DE PNC :

Les chiffres présentés sont représentatifs de l’influence directe qu’une INB peut avoir sur l’économie d’une région. L’influence induite sur l’économie locale est difficile à chiffrer mais tout porte à croire qu’un multiplicateur de plus de 2 s’impose.

TEXTE :

En ce début d’année 2021, l’INSEE publie une étude sur l’impact du nucléaire en région Centre-Val de Loire. Avec 4 centrales, la région est particulièrement bien dotée en équipements de production d’électricité : elle produit 1/5e de la consommation nationale, la plaçant en 2e position derrière la région Auvergne-Rhône-Alpes et le Grand-Est. En dépit des risques qu’ils causent et des oppositions qu’ils génèrent, les différents sites gérés par EDF sont de gros pourvoyeurs d’emplois directs, de sous-traitants mais aussi d’emplois indirects. En fait ils créent un certain dynamisme économique autour d’eux. Ainsi, l’institut national de la statistique estime que ce secteur, qui emploie 12 000 personnes dans la région, en fait vivre au total 31 500 sur l’ensemble des six départements.

On apprend par ailleurs que « Les commandes passées par EDF touchent des secteurs variés, dans le nucléaire, mais également dans les services (santé, conseil…). Elles concernent plus d’un millier de fournisseurs en Centre-Val de Loire. Dix fournisseurs rassemblent 65% des emplois indirects. L’industrie regroupe 80% des emplois indirects régionaux. »

Si l’on se concentre plus précisément sur la centrale chinonaise basée sur la commune d’Avoine, il faut retenir :

  • 1 680 personnes travaillent sur le site (chiffres 2018) soit l’équivalent de la population d’Avoine ; Ces emplois sont essentiellement « dans des métiers à dominante technique (ingénieurs, techniciens). Les contrats des employés sont presque exclusivement à durée indéterminée et ces derniers sont moins âgés que les actifs occupés habitant le territoire d’inscription du site nucléaire. »
  • 20% des salariés de la centrale ont moins de 30 ans, et c’est la même proportion pour les plus de 50 ans.
  • Les trois quarts des salariés sont en couple, la moitié a au moins un enfant à charge
  • Un salarié sur 4 dispose d’un logement de fonction
  • Le bassin de Chinon compte à peu près autant d’emplois dans l’agriculture qu’à la centrale (1 500 vs. 1 680)
  • Les commandes et bassins de sous-traitance génèrent 1 100 emplois, majoritairement en Touraine (47 communes concernées) mais aussi ailleurs (Vienne, Maine-et-Loire…).

Au total, avec ses à-côtés, on estime que la centrale fait travailler 3 890 personnes et en fait vivre 10 500 dans tout le pays dont les deux tiers en Centre-Val de Loire D’après l’INSSE, les communes où vivent les employés de la centrale ce sont surtout Chinon, Beaumont-en-Véron et Bourgueil.

11% de la population chinonaise a un emploi à la centrale ou grâce à sa présence, c’est 16 et 18% pour Bourgueil et Beaumont-en-Véron

270 emplois liés à la centrale proviennent de l’agglomération tourangelle

Les données complètes de l’étude sont disponibles sur le site de l’INSEE.

Contactez Info-Tours.fr